Espace dédié aux femmes

Le but de cette rubrique est d'apporter aux femmes encouragements, instructions et conseils, selon Tite2.3/5 et d'autres textes qui nous exhortent à nous encourager mutuellement.

On peut constater beaucoup de manques dans ce que les femmes peuvent apporter aux églises, selon les richesses spirituelles qu'elles ont reçues du Seigneur. Qu'elles soient âgées, jeunes, épouses, mères ou célibataires, les femmes chrétiennes ont un service dans l'Église de Jésus-Christ et sont bien souvent hésitantes sur la façon d'être utiles.

Ces messages contribueront à apporter un éclairage concernant notre vie, à nous les femmes, dans notre famille, notre vie professionnelle, dans les églises et dans le monde.

Soyons des modèles pour tous : que ceux qui nous voient vivre soient interpellés, afin d'honorer notre Dieu, notre Sauveur. A Lui seul soit la Gloire !

Nous traversons une période difficile, nous paniquons un peu lorsque nous lisons et écoutons les informations à la télé ou lisons les journaux... et cependant nous qui connaissons et croyons en Dieu, nous devrions être plus positif...et fixer nos regards sur Jésus ! 

Avoir une vie de prière intense pour nos bien- aimés qui traversent l'épreuve, prier pour le corps médical qui sont en première ligne avec les malades, qui sont dévoués , fatigués après des journées bien remplies, ça mérite vraiment nos prières n'est-ce pas ? 

Nous apprenons le décès d'un frère, des pasteurs que nous avons bien connu, d'une sœur et cela nous touche, ce virus coronavirus est vraiment dangereux et touche le monde entier. 

Que nous dit Jésus dans sa parole :

"Quand vous verrez ces choses arriver...sachez que le fils de l'homme est proche, à la porte , Je vous le dis en vérité, cette génération ne passera point, que tout cela n'arrive. Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront point." (Évangile de Matthieu, ch 24 v 33 à 35.)

 

L’Éternel est ma lumière et mon salut ; De qui aurais-je crainte ? L’Éternel est le soutien de ma vie ; De qui aurai-je peur ? Quand des méchants s'avancent contre moi Pour dévorer ma chair, Ce sont mes persécuteurs et mes ennemis , qui chancellent et tombent ( psaumes de David ch 27 v 1 à 3) 

Ouvrir notre cœur à Dieu qui nous aime

Chaque son que vous aimez, chaque souvenir auquel vous vous raccrochez, chaque moment qui vous fait verser des larmes est un cadeau du ciel qui vous suit depuis votre premier souffle dans le but de gagner votre cœur.

Cet amour qu'il vous prodigue est très personnel. C'est comme s'il l'avait composé pour votre cœur. IL sait ce qui vous coupe le souffle, ce qui fait battre votre cœur plus vite

Beaucoup de ses notes nous ont échappé parce que nous avions fermé notre cœur afin de supporter la douleur de vivre. 

Maintenant dans notre cheminement de femme où d'homme, ouvrons de nouveau notre cœur et maintenons-le ouvert. Pas de manière insensée, à n'importe qui et à n'importe quoi. Mais ouvrons-le à bon escient pour entendre les murmures de Dieu

Dans ces temps tourmentés ou la prudence est de rigueur, soyons attentif au conseil que le gouvernement nous demande de faire , de respecter ses lois. Et par respect pour les autres.

 

Voici, l'oeil de l'éternel est sur ceux qui le craignent, sur ceux qui espèrent en sa bonté ... (Psaumes 33 v 18 à 22)

Vie de femme chrétienne

 
Regard positif
 

Cette semaine, je viens m'entretenir avec vous d'exemples de guérison pour vous encourager dans la foi. Matthieu 15.21/28 Ce passage nous donne le récit d'une mère qui était triste car sa fille était tourmentée par le démon. Elle croyait dans la puissance du Seigneur pour la guérison. Alors elle vint vers Jésus décidée à obtenir coûte que coûte, la délivrance de son enfant. Elle cria : "Aie pitié de moi fils de David! Secours-moi!" Elle se prosterna devant Lui. Il ne lui répondit pas un mot, et ses disciples s’approchèrent, et lui dirent avec instance: "Renvoie-la, car elle crie derrière nous. Il répondit: Je n’ai été envoyé qu’aux brebis perdues de la maison d’Israël." Mais elle vint se prosterner devant lui, disant: "Seigneur, secours-moi!" Il répondit: "Il n’est pas bien de prendre le pain des enfants, et de le jeter aux petits chiens. Oui, Seigneur, dit-elle, mais les petits chiens mangent les miettes qui tombent de la table de leurs maîtres." Alors Jésus lui dit: "Femme, ta foi est grande; qu’il te soit fait comme tu veux." Et, à l’heure même, sa fille fut guérie.

Nous voyons là l'insistance d'une femme qui malgré son origine étrangère, sans tenir compte des gens qui étaient autour, ne voyait que Jésus et avait mis toute sa confiance en Lui, elle était déterminée.

Matthieu 9:20-22 "Et voici, une femme atteinte d’une perte de sang depuis douze ans s’approcha par derrière, et toucha le bord de son vêtement. Car elle disait en elle-même: Si je puis seulement toucher son vêtement, je serai guérie. Jésus se retourna, et dit, en la voyant: Prends courage, ma fille, ta foi t’a guérie. Et cette femme fut guérie à l’heure même."

Là nous avons un autre exemple d'une femme qui avait une grande foi. Être malade depuis tant d'années,vu de nombreux médecins, subi des traitements douloureux et toujours sans résultat, nous pouvons imaginer son découragement, sa souffrance. Nous pouvons aussi comprendre l'effort qu'elle a du faire pour s'approcher du Seigneur, malgré sa faiblesse et la foule qui entourait Jésus. C'est aussi ça la foi! 

Luc 13:10/17 : Jésus enseignait dans une synagogue le jour du sabbat. Vint une femme possédée d’un esprit qui la rendait infirme depuis 18 ans courbée. Ce n’était certes pas facile pour elle, remplir ses tâches quotidiennes, supporter le regard des autres, les railleries, les réflexions blessantes peut-être ? Certainement une souffrance morale et physique pendant tant d’années. Cependant, elle conservait sa foi en Dieu, se rendant fidèlement a la synagogue. C’était une fille d’Abraham. Lorsqu’il la vit; Jésus lui adressa la parole et lui dit : "femme tu es délivrée de ton infirmité et lui imposa les mains à l’ instant elle fut guérie."

On peut imaginer sa joie, lorsqu’elle s’est redressée, se mettre droite comme tout le monde, enfin ! vivre comme les autres, vaquer à ses occupations normalement. La Parole nous dit qu’elle glorifia Dieu et la foule qui était là s’est réjouie avec elle. Même si le comportement de Jésus offusque les chefs religieux, ce qui est important c’est la manifestation de la compassion et de la puissance de Dieu qui nous délivre des chaînes du diable. Jésus est le même hier, aujourd’hui, et éternellement. Hébreux 13: 8. Voici un témoignage que mon mari et moi avons vécu il y a quelque temps.

Il était environ vingt deux heures, un pasteur gitan qui est ami nous téléphone, demandant si cela ne nous déragerait pas de nous joindre à lui pour prier et imposer les mains à une femme qui venait d ’être ramenée dans sa caravane. Elle était condamnée par la médecine, elle se mourait d'un cancer généralisé en phase terminale. C’était le désarroi : pleurs du mari, des enfants ... Arrivés sur le terrain où campait cette famille, le pasteur nous attendait et me dit : "Yvonne je préfère que tu restes prier dans la voiture car la situation est trop triste." C’est ce que j’ai fais, je me suis mise en prière et de là ou j’étais j’entendais les prières qui montaient jusqu’au trône de la grâce, un moment donné j’ai senti la présence du Saint -Esprit qui passait sur moi, dans la voiture et dans la caravane. Ce temps a été long et en même temps court, je ne saurais le dire, je pleurais, je frissonnais, c’était très fort.

Lorsque mon mari et le pasteur ont ouvert la porte, c’était des louanges, des Alléluia ! Le Seigneur avait exaucé nos prières, la femme s’est mise debout et avait faim. Gloire au Seigneur pour sa fidélité pour sa compassion. Un autre exemple de la bonté de Dieu :

Une jeune femme enceinte de six mois passe l’échographie, c'était une petite fille, mais il y avait une malformation et l’un des reins s’était recroquevillé et avait cessé de grandir. Le médecin dit à la maman que ce rein était ((mort)) et ne fonctionnerait jamais, mais il l’avait rassurée: avec un rein elle pourrait vivre. Cette déclaration n’apporta cependant aucune consolation à la maman qui éprouvait une angoisse profonde pour l’avenir de son bébé. Comme elle était croyante, elle en a fait part à son église, et toute sa famille spirituelle a intercédé auprès de Dieu. La visite suivante les deux reins étaient sains et normaux. La petite fille naquit trois mois plus tard en parfaite santé. A Lui toute la gloire!

Je rappelle ci-dessous le témoignage des guérisons que le Seigneur m'a accordées : je souffrais d’une mycose sur les deux pieds, je ne pouvais plus me chausser, tellement c’était douloureux et aussi à cause des plaies qui suppuraient.  Nous apprîmes qu’une convention des gitans évangéliques se tenait à Donges en Loire-Atlantique, pendant trois jours et nous avons décidé de nous y rendre. Il y avait environ 15000 personnes. C’était très impressionnant de voir tous ces gens prier et louer Dieu. Une des soirées était réservée à la prière pour les malades. Je n’avais jamais assisté à ce genre de réunion.

J’étais là, au milieu de cette foule qui me paraissait tellement simple, humble et confiante.  Les gens s’avançaient en silence et avec respect, pour recevoir l’imposition des mains. Je me sentais un peu perdue, étonnée et surprise, me demandant que faire. Une petite voix intérieure me disait « Va, va !» et j’ai obéi, j’y suis allée, sans trop savoir, avec un peu de crainte, me demandant ce qui allait se passer.  La réunion prit fin et nous sommes rentrés chez nous. Déjà, pendant le trajet du retour mes pieds étaient moins douloureux. Trois jours après j’étais complètement guérie.

C’était pour moi la preuve évidente que Dieu est bien vivant et qu’il guérit encore aujourd’hui. A la suite de cette guérison, j’ai recherché encore plus le Seigneur en lisant sa Parole et en participant régulièrement aux réunions évangéliques. J’avais soif de le connaître toujours plus. Deux mois après, au cours d’une autre réunion, j’ai été guérie d’une fracture au pied gauche que je m’étais faite à l’âge de 9 ans et qui ne s’était jamais bien réparée. L’os ressortait au dessus du pied et me faisait parfois terriblement souffrir. Ce jour là , 36 ans après, Dieu me guérissait lors de l’imposition de mains d’un de ses serviteurs. Gloire au Dieu tout-puissant. Le Seigneur m’a guérie de nombreuses fois et ma belle-mère, qui est une chrétienne évangélique fidèle, me disait avec malice : «Vous êtes une chouchou du Seigneur, Yvonne ». Mais nous le savons, Dieu ne fait pas de favoritisme. (Actes 10.3) Un dimanche matin avant de partir au culte, je fus prise d’une violente douleur dans le genou. Cela ne m’empêcha pas de m’y rendre. Le pasteur et les frères et sœurs ont prié afin que la douleur s’en aille et elle est partie aussitôt. J'espère que tout ces témoignages vous auront fait du bien et qu'au travers de cette lecture, vous aurez vu la compassion, la fidélité de notre Dieu.

Vie de femme chrétienne

Femmes de foi
 
Le bon Berger

Il arrive un moment dans la vie où nous sommes à la recherche d’un idéal , d’un sens , d’un but, nous avons beaucoup de propositions mais en vain, nous n’avons toujours pas de réponse , pas de berger pour nous guider.
Jésus se présente lui-même comme notre berger :

Je suis le bon berger. Le bon berger donne sa vie pour ses brebis. 

Il connaît ses brebis, et elle le connaissent ; Jean 10 et 14 

Ce passage de l’évangile de Jean, nous précise la relation que nous pouvons avoir avec Jésus si nous lui appartenons. Croire c’est bien , mais notre foi doit nous conduire à accepter qu’il soit notre Seigneur, notre maître .
Nous lui appartenons, puisqu’il a donné sa vie pour nous racheter et à un grand prix . Nous pouvons nous référer à 1 Corinthiens 6 ;20

Car vous avez été rachetés à un grand prix. Glorifiez donc Dieu dans votre corps et dans votre esprit, qui appartiennent à Dieu. 

Jésus nous est présenté comme notre bon berger, nous Lui appartenons au prix de son propre sang, nous sommes ses brebis, Il veille sur nous, Il prend soin de nous , Il nous protège, Il nous conduit dans des verts pâturages, Il veut pour nous le meilleur.

Jésus connaît ses brebis.

Il nous connaît parfaitement, chacune en particulier ; Il connaît même notre nom, et si nous sommes à Jésus nous le connaissons nous aussi Jean 10 ;14

Le portier Lui ouvre, et les brebis entendent sa voix ; Il appelle par leur nom les brebis qui lui appartiennent, et il les conduit dehors. Jean 10 :3

Après nous avoir appelées et attirées à Lui, Il conduit nos pas. Il nous conduit vers des eaux paisibles. Ayons soif de sa présence. Psaumes 42 ;2 et3 

Il dirige nos vies, si évidemment nous sommes à l’écoute de son appel. Il veut que nous ayons une vie paisible, Il veut notre bonheur tant que nous sommes ici-bas, mais notre espérance c’est la vie éternelle. 
Il ajoute à son troupeau chaque jour des brebis qu’il fait rentrer dans la bergerie, ce grand rassemblement de celles et ceux qui ont cru, qui ont reçu le pardon de leurs péchés et le salut : tous ont été ajoutés à « son assemblée » c’est- à- dire l’Eglise . Actes 2. 47

Nous trouvons dans l’Ancien Testament, l’image du berger paissant ses brebis, cette relation de Dieu avec Israël, et de Jésus avec l’Eglise, dans le Nouveau Testament

Il fit partir son peuple comme des brebis, Il les conduisit comme un troupeau dans le désert Psaumes 78 : 52.

Comme un berger, il paîtra son troupeau, Il prendra les agneaux dans ses bras, Et les portera dans son sein ; Il conduira les brebis qui allaitent. Esaïe 40 :11

Cela m’est arrivée de voir un berger et son troupeau de brebis, il est très attentif et dés qu’il y a une qui souffre , il la prend dans ses bras, il l’a soigne et veille sur elle, il l’a protège.
C ‘est l’illustration de Jésus avec nous, lorsque nous sommes souffrantes, ou tristes, prises de panique devant telle où telle situation qui nous semble insurmontable ou des ennuis avec nos enfants, selon l’âge, les caractères différents, une personnalité différente, c’est souvent lourd à porter pour les parents.
Mais Dieu est là pour nous soigner, nous consoler, c’est dans la prière que nous trouvons la paix et la réponse à nos questions .

Le Nouveau Testament présente Jésus comme le grand berger des brebis : Hébreux. 13 .20

Car vous étiez comme des brebis errantes. Mais maintenant vous êtes retournés vers le pasteur et le gardien de vos âmes.1 Pierre 2 :25

Ici, il ne s’agit plus seulement d’Israël, mais de tous ceux qui sont devenus enfants de Dieu, par la foi en Jésus, les rachetés de toutes les nations.

Nous pouvons remarquer plusieurs étapes concernant la relation du Seigneur avec les hommes et les femmes qui sont représentés comme des brebis :

Les brebis perdues

Car vous étiez comme des brebis errantes. Des brebis qui n’ont pas de berger. 1 Pierre 2 :25 ; Marc 6.34
Nous étions tous errants comme des brebis, Chacun suivait sa propre voie. Esaïe 53 :6

Nous comprenons qu’ici il s’agit des pécheresses que nous étions, perdues par nos péchés, errantes dans ce monde de ténèbres, des filles de la rébellion, ne connaissant pas l’Amour de Dieu, ni la grâce, sans véritable Sauveur et guide pour notre vie.

Vous étiez morts par vos offenses et par vos péchés, dans lesquels vous marchiez autrefois, selon le train de ce monde, selon le prince de la puissance de l’air, de l’esprit qui agit maintenant dans les fils de la rébellion. Nous tous aussi, nous étions de leur nombre, et nous vivions autrefois selon les convoitises de notre chair, accomplissant les volontés de la chair et de nos pensées, et nous étions par nature des enfants de colère, comme les autres. Ephé 2 ;1 

Les brebis sauvées

Nous étions tous errants comme des brebis, Chacun suivait sa propre voie ; Et l’Eternel a fait retomber sur lui l’iniquité de nous tous ; Esaïe 53 :6

Ce passage nous enseigne  que Jésus par l’offrande de sa vie qu’il a donnée pour nous, nous ouvre le chemin du salut :

Je suis le bon berger, le bon berger donne sa vie pour ses brebis . Jean 10 :7 Jésus leur dit encore : En vérité, en vérité, je vous le dis, je suis la porte des brebis. Jean 10 :11

Il se présente comme notre Sauveur qui a accompli l’œuvre de notre salut, qui nous ouvre la porte pour le pardon de nos péchés et  la vie éternelle. Celle qui entre par cette porte est sauvée . C’est par la foi en Jésus-Christ que nous entrons dans le salut de Dieu. Jean 10.9
C’est comme le berger qui conduit son troupeau et soudain se rend compte qu’il y a une manquante , il l’a cherche, il l’appelle pour l’a ramener.
Pour nous c’est la même chose, Jésus nous cherche, Il nous appelle, il nous parle de différentes manières, soit par la lecture de sa parole, soit par une prédication, un témoignage etc. Il veut toucher notre cœur, Il veut que nous Lui appartenions et saisissions l’Amour qu’Il a pour nous .

Reconnaître la voix de notre Grand Berger c’est de le suivre, Lui appartenir.

Les brebis entendent sa voix ; Il appelle par leur nom les brebis qui lui appartiennent , et il les conduit dehors. Lorsqu’il a fait sortir toutes ses brebis, il marche devant elles ; et les brebis le suivent, parce qu’elles connaissent sa voix. Jean 10 :3

Les brebis qui suivent leur Berger

Notre attitude envers notre berger, c’est notre relation personnelle entre Jésus et nous ses rachetées, cette communion, ce tête à tête avec Jésus Notre Sauveur.
Car IL nous connaît , même le nombre de nos cheveux.

Je connais mes brebis et elles me connaissent. Jean 10 :14

Il ne s’agit pas là d’une connaissance idéologique, religieuse, intellectuelle, mais d’un témoignage intérieur suscité par le Saint-Esprit, un lien entre le berger et sa brebis, Jésus et sa rachetée que je suis. Nous ressentons sa douce présence lorsque nous nous tenons devant Lui en toute humilité évidemment, dans un esprit repentant.
Si nous regardons d’une manière intellectuelle, nous ne pouvons le saisir, mais c’est une réalité extraordinaire lorsque nous vivons ce moment intense avec Jésus.

Le Berger et ses brebis

Si Jésus prend comme exemple le berger qui prend soin de ses brebis, c’est pour nous montrer ses préoccupations envers nous ses brebis. Il vient nous chercher pour nous tirer des ténèbres, pour nous sauver, pour prendre soin de nous , il est très attentif a la situation de chacune de nous ses rachetées sur la terre ainsi qu’à l’ensemble de son Eglise.
Il intervient toujours en notre faveur par le Saint-Esprit qui habite en nous, Il est notre Consolateur Notre Sauveur, Notre Maître.
Un jour, lorsque Notre Bon Berger paraîtra Il nous rassemblera toutes  dans sa présence et nous demeurerons pour toujours avec Lui.

A Lui revienne toute la Gloire !

Vie de femme chrétienne

 

La complémentarité de la femme

L’association homme-femme est évidente depuis le commencement. Dieu n'a pas créé un homme et une femme indépendants l'un de l'autre. Il a créé un couple, selon ce que nous lisons en Genèse.

Dieu créa l’homme à son image, à l’image de Dieu il le créa, homme et femme il les créa. Genèse 1:27 

Donc dès le commencement il y a une interdépendance nécessaire dans le couple que Dieu crée. 

l’Eternel Dieu dit ; Il n’est pas bon que l’homme soit seul ; je lui ferai une aide semblable à lui.
L’Eternel Dieu forma une femme de la côte qu’il avait prise de l’homme et il l’amena vers l’homme. 
Et l’homme dit ;Voici cette fois celle ,qui est os de mes os et chair de ma chair ! on l’appellera femme, parce qu’elle a été prise de l’homme. Genèse ; 2 18-22 et 23 

Lorsque nous lisons ces paroles de Dieu, nous voyons qu'il a créé la femme  afin que l’homme ne soit pas seul, mais quelle soit pour lui une complémentarité, une aide qui le seconde. La nécessité d'une dépendance réciproque est également vraie. La solitude de l'homme ou de la femme n'est pas une chose voulue par le Créateur, même s'il peut y avoir des exceptions, tel l'apôtre Paul. (1Ccorinthiens 7:7)

Aujourd’hui nous vivons le problème de l’indépendance individuelle. La femme qui travaille veut être libre, elle ne veut pas dépendre de son mari. Elle veut son autonomie financière, son indépendance de décision, sa liberté de choix de vie 

Pour une femme célibataire c’est certainement bien. Elle fait ce qu’elle veut tout en étant sérieuse, se préservant du mal, ayant une conduite correcte, mais pour une femme mariée les choses sont différentes.

Les relations entre maris et femmes

Lorsqu'elle est mariée, donc épouse et par la suite mère, la situation d'une femme est complètement changée.

Que le mari rende à sa femme ce qu’il lui doit, et que la femme agisse de même envers son mari.
La femme n’a pas autorité sur son propre corps, mais c’est le mari; et pareillement, le mari n’a pas autorité sur son propre corps, mais c’est la femme. 1 Corinthiens 7:3,4

Dans le couple, il y a interdépendance.  Toutes les décisions se prennent à deux pour l’organisation et le bon fonctionnement du foyer, selon la participation de chacun, afin qu’il règne une bonne harmonie dans la famille. Ce n’est pas toujours évident de se mettre d’accord, mais il faut faire des concessions, trouver un terrain d’entente, afin que règne la paix dans la maison. Les instructions données par Paul à l'Eglise sont aussi valables pour la vie commune entre une femme et son mari :

Ainsi donc, comme des élus de Dieu, saints et bien-aimés, revêtez-vous d’entrailles de miséricorde, de bonté, d’humilité, de douceur, de patience.
Supportez-vous les uns les autres, et, si l’un a sujet de se plaindre de l’autre, pardonnez-vous réciproquement. De même que Christ vous a pardonné, pardonnez-vous aussi. Colossiens 3:12

La femme est appelée à seconder son mari, l’aimer et se laisser aimer. C'est l'aide que Dieu lui a donnée ! Elle est sa complémentarité, son vis à vis, attentive à son égard. Quelque soit l’âge nous avons besoin l’un de l’autre.

Le dialogue dans le couple est très important, s’intéresser à ce que son conjoint a fait dans la journée, participer aux soucis comme aux satisfactions.

La vie de couple fait de nous des partenaires qui ont besoin de partager également la vie spirituelle. Ce n’est pas toujours évident, il y a des efforts à faire et c’est bénéfique !

Soumettez–vous les uns aux autres dans la crainte du Christ ; ainsi les femmes à leur mari, comme au Seigneur ; car l’homme est la tête de la femme, comme le Christ est la tête de l’Eglise, qui est son corps et dont il est le Sauveur ;
En tout cas, comme l’Eglise se soumet au Christ, qu’ainsi les femmes se soumettent en tout à leur mari. Maris, aimez votre femme comme le Christ a aimé l’Eglise. Ephésiens ;5 . 21 à 25

Dans un foyer avec des enfants, l’éducation se fait également aussi bien par le père que par la mère, chacun prenant ses responsabilités et elles sont nombreuses ! Veiller à l’épanouissement de leur chers petits, et les enseigner avec l’appui de la parole de Dieu .

La complémentarité dans le Seigneur

La femme et le mari, lorsqu’ils sont chrétiens, mettent en priorité le Seigneur dans leur vie, Ils prient ensemble pour eux et leurs enfants afin  que Dieu soit leur aide et leur soutien dans les bons comme dans les mauvais jours.
Prier avec les enfants s’ils sont en âge de le faire évidemment, prier pour les parents, prier pour la famille, prier pour les autorités du pays ou nous habitons, prier pour les chrétiens persécutés à cause de leur foi. etc.…
Présenter au Seigneur les projets familiaux, professionnels et être à son écoute. C’est Lui qui tient nos vies entre ses mains, nous pouvons tout Lui confier, Il est attentif à toutes nos requêtes. Faites le avec des actions de grâces.

Ne vous inquiétez de rien; mais en toute chose faites connaître vos besoins à Dieu par des prières et des supplications, avec des actions de grâces. Philippiens 4:6 

Les enfants ont une grande place dans la famille et les parents veilleront à ce qu’ils soient heureux,  en bonne santé physique, psychique et spirituelle lorsqu’ils grandissent. C’est le rôle de la mère d’éduquer son enfant avec l’aide de la parole de Dieu, rôle qui se partage bien sûr avec le père , ce sont des lourdes responsabilités. Leur témoignage est important, leur comportement, leurs fréquentations, bien choisir les amis afin qu’ils ne soient pas une cause d’achoppement pour les enfants.

Nous lisons un témoignage remarquable concernant Timothée dont la foi fut le résultat de l'éducation maternelle, comme l'écrit l'apôtre Paul :

...gardant le souvenir de la foi sincère qui est en toi, qui habita d’abord dans ton aïeule Loïs et dans ta mère Eunice, et qui, j’en suis persuadé, habite aussi en toi. 2 Timothée 1:5 

dès ton enfance, tu connais les saintes lettres, qui peuvent te rendre sage à salut par la foi en Jésus-Christ. 2 Timothée 3:15 

Les enfants sont très observateurs, ils copient souvent sur leurs parents qui doivent être des modèles. S’il y a une bonne harmonie, de l’amour, de la tendresse, un bon équilibre familial, cela se ressent chez les enfants qui seront eux-mêmes équilibrés, bien dans leur peau, terme souvent utilisé lorsque l’on parle des enfants, des jeunes ! 

Complémentarité dans l’église

Dans les églises, il y a des hommes et des femmes, comme lorsque les disciples hommes et femmes suivaient Jésus, chacun avait sa tâche et ensemble ils travaillaient au royaume de Dieu. 

Les douze étaient avec lui et quelques femmes qui avaient été guéries d’esprits malins et de maladies: Marie, dite de Magdala, de laquelle étaient sortis sept démons, Jeanne, femme de Chuza, intendant d’Hérode, Susanne, et plusieurs autres, qui l’assistaient de leurs biens. Luc . 8:2,3 

Par conséquent la femme a bien sa place dans le service de Dieu. Il y a les femmes qui prophétisent et exercent les dons spirituelles, qui exhortent et instruisent, celles qui prennent part au travail de l'Evangile :

J’exhorte Évodie et j’exhorte Syntyche à avoir une même pensée dans le Seigneur.
Et toi aussi, fidèle collègue, oui, je te demande de les aider, elles qui ont combattu côte à côte avec moi pour l’Évangile, avec Clément et mes autres compagnons d’œuvre dont les noms sont dans le livre de vie. Philippiens 4:2,3

Certaines ont des responsabilités dans l’organisation, l’administration et les activités des églises. Souvent elles s’acquittent du secrétariat et  de la trésorerie. Elles s’occupent des œuvres de charité et elles sont très qualifiées dans les instructions et exhortations aux enfants, etc. 

Nous avons l’exemple de Priscille et Aquilas compagnons de l’apôtre Paul et engagés tous les deux, comme un couple pastorale, au service du Seigneur. 

Romains 16:3 Saluez Prisca et Aquilas, mes compagnons d’oeuvre en Jésus-Christ,

1 Corinthiens 16:19 Les Eglises d’Asie vous saluent. Aquilas et Priscille, avec l’Eglise qui est dans leur maison, vous saluent beaucoup dans le Seigneur.

Comme nous le voyons l’association de l’homme et de la femme est manifeste dans la Bible depuis les premiers jours de l’humanité et au travers de l’histoire du monde. A combien plus forte raison dans l'œuvre de Dieu où chacun et chacune doit trouver sa place.

Dans le Seigneur, la femme n’est pas sans l’homme, ni l’homme sans la femme. 1 Corinthiens 11:11

 

Vie de femme chrétienne