Car nous marchons par la foi et non par la vue

2Cor. 5:7


Nous voyons là deux principes de vie chrétienne totalement opposés : auquel des deux allons-nous faire confiance dans notre marche quotidienne avec le Seigneur ? la réponse est déjà dans la question : en principe, nous devrions faire confiance au Seigneur… si nous marchons avec lui, nous devons aussi lui faire confiance !

Marcher par la foi commence à partir du moment où nous entendons la parole vivante du Dieu vivant nous parler. Marcher par la foi, c’est avoir une confiance absolue dans la capacité de Dieu de diriger notre vie, nos actes quotidiens ; le plus grand exemple étant celui d’Abraham.


Habakuk 2 :4 « le juste vivra par la foi » Dans le mot « vivre » il y a vie ! par la foi, nous avons donc la vie ! Nous sommes sauvés par la grâce, par le moyen de la foi (Eph. 2 :8) et Dieu nous demande également de marcher par la foi. Car ce que recherche Dieu en nous donnant le salut est avant tout que nous ayons une connaissance personnelle et profonde de Sa volonté et de sa personne. Le croyant ne marche plus alors dans la connaissance du bien et du mal, mais dans le plan de Dieu. Même si un chrétien parvenait à faire tout ce qui est bien en se détournant du mal, il ne serait pas pour autant en train de marcher avec Dieu. Or, sans la foi, il est impossible de lui plaire et il est impossible d’avoir la foi si Dieu ne nous parle pas ; c’est pour cela que nous avons besoin de sa parole vivante qui nous parle et de sa vie en nous.


En opposition, marcher par la vue, c’est marcher selon des critères qui ne viennent pas de Dieu, mais de l’homme ; Lot, le neveu d’Abraham, est un exemple du croyant marchant par la vue. Gen. 13 :10. Marcher par la vue ne concerne pas seulement ce que voient nos yeux, mais englobe aussi tout ce que nous pouvons entendre, toucher, ressentir, penser,  repasser en nous, et c’est par tout cela que notre foi peut parfois être malmenée.


Marcher par la foi c’est marcher d’après la vie qui est en nous, marcher par la vue c’est marcher selon nos sentiments, nos raisonnements ou d’après la loi. Gal. 5 :16 Paul nous demande « de marcher selon l’Esprit, c-à-d selon la vie, afin que nous n’accomplissions pas les désirs de la chair. »

Qu’est-ce que le christianisme ? le christianisme c’est avant tout la vie ! c’est consulter la vie qui est en nous, que nous avons reçue à notre conversion, dès que nous agissons, ce n’est pas se demander si une chose est bonne ou mauvaise. Dieu nous a donné une nouvelle vie intérieure à notre conversion, que nous dit-elle ?


Si chaque fois que nous avons à prendre une décision nous nous posons la question, est-ce bien ou mal, ai-je raison de faire cela ou pas ; en fonction de quoi vais-je me décider ? par rapport à moi-même, à ma conscience, à mon vécu, par rapport à des valeurs humaines, ce que d'autres vont penser ou à une certaine éthique ? nous faisons fausse route ! le christianisme ne connait pas la notion de bien et le mal.

Le christianisme, c’est la Vie !

Lorsque nous avons reçu le Seigneur Jésus dans notre vie, nous avons reçu sa vie en nous ; nous avons reçu un nouveau principe de vie ; mais si nous l’ignorons, si nous ne savons pas que nous le possédons, ou s’il dort en nous, nous allons fonctionner selon le principe du bien et du mal. Or, le christianisme, c’est une question de vie et non de vivre selon des règles. II Cor. 13 :5 « Examinez-vous vous- mêmes, pour savoir si vous êtes dans la foi ; éprouvez-vous vous-mêmes ; ne reconnaissez-vous pas que Jésus Christ est en vous ? » Si Christ est en nous, sa parole en nous produit la foi et nous devrions alors aussi marcher par elle.

La vie chrétienne est basée sur une vie intérieure ; Jean Geiler, qui a été prédicateur à la cathédrale de Strasbourg pendant 32 années juste avant la réforme, disait "qu’il n’y a de vraie vie chrétienne qu’intérieure" ; tout le reste, les apparences, le paraître, que ce soit au travers de nos paroles ou de nos actes, c’est du vent. Le christianisme, c’est une vie qui vient de Dieu et qui n’est pas bâtie sur un ensemble de règles concernant le bien et le mal, sinon nous allons ressembler au monde et à ses principes de moralité. C’est pour cela que les chrétiens sont différents des non-chrétiens ! Jean 17:16 Jésus dit en parlant de ceux que le Père lui a donnés « Ils ne sont pas du monde, comme moi je ne suis pas du monde. » Car si nous ne sommes pas différents des non-chrétiens, nous ne le leur donnerons jamais envie de devenir chrétiens.

Jésus, dans son ministère terrestre, n’agissait pas et ne pensait pas selon sa nature humaine, selon cette norme du bien et du mal, mais selon la norme de l’arbre de la vie ; c’étaient l’Esprit de Dieu et son amour qui guidaient ses actes. Jésus n’a jamais loué quelqu’un pour sa sainteté, quand il louait quelqu’un, c’était pour sa foi !


Ma prière pour vous aujourd'hui :

C'est l'exhortation de Paul dans Romains 12 : "ne vous conformez pas au siècle présent (et à toutes ses influences) mais soyez transformés par le renouvellement de l'intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait."

Que le Seigneur nous aide dans cette démarche. Amen !


f.walz


9 vues